Entre ses mains, les métaux précieux et les pierres dures semblent aussi malléables et dociles que l’argile… Né est né en Géorgie, au temps de l’Union soviétique, formé à l’École des Beaux-Arts de Tbilissi, il se trouve rapidement empêché de travailler les métaux précieux comme il le souhaite. Par chance, il parvient à quitter Moscou pour Paris. C’est le début d’une carrière artistique exceptionnelle. 

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Quand j’ai commencé à travailler à Moscou, je collaborais à des produits industriels. Cela ne m’intéressait pas du tout. Mais j’avais du temps pour visiter les musées, et je me suis passionné pour les premières œuvres d’art de l’humanité. Cette inspiration ne m’a pas quitté : les bijoux antiques, les œuvres des premiers temps celtiques et moyen-orientaux sont une source d’inspiration inépuisable.

Comment travaillez-vous ?

Mes matières premières sont l’argent et la pierre dure. Les pierres dures sont assez difficiles à trouver, mais je parviens tout de mème à me procurer une trentaine de variétés différentes. Les pierres arrivent brutes à l’atelier, je les scie et les taille moi-même.

Je travaille le métal avec des outils qu’on appelle “bigornes”. ce sont des barres de métal forgées. Chacune a son utilité, et je les fabrique moi-même, en fonction du résultat que je veux obtenir. Pour façonner une seule pièce, je peux utiliser jusqu’à 30 outils différents. Cette technique de travail du métal était en train de disparaître. Je l’ai ressuscitée. 

Quelles sont les étapes de la création d’une œuvre ? 

Tout dépend de l’œuvre ! S’il s’agit d’une commande, je passe par un dessin préparatoire, qui me permet de soumettre el projet au commanditaire. J’ai fait par exemple des  épées d’Académicien : elles représentent l’œuvre de l’Académicien, leur décor est donc très symbolique. Le dessin préparatoire permet de fixer le projet final en accord avec l’Académicien. 

S’il s’agit d’une création “libre”, je ne dessine pas avant de commencer le travail. Je préfère que l’œuvre surgisse telle quelle. En revanche, une fois que j’ai terminé, je dessine la pièce pour en conserver la trace dans mes archives. 

Ces questions sont extraites de l’entretien accordée par Goudji pour le n°76 EXCALIBUR.

Retrouvez l’interview complète dans les pages du numéro ! 

N°76. Excalibur – La légende du roi Arthur

Jacques Boulenger, La légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde
Illustrations : Eloïse Scherrer

Quel est ce mystérieux Merlin qui semble tout connaître du passé et peut prédire l’avenir ? Qui est ce jeune Arthur que tous méprisent mais que la prophétie désigne comme le successeur légitime d’Uter Pendragon, roi de Logres ?

En plus dans ce numéro : un dossier pour découvrir la part de réalité et de légende qui entoure les chevaliers de la Table ronde ; le portrait d’or et de feu de l’orfèvre Goudji ; une recette qui mettra du panache dans tes goûters et un atelier d’enluminure pour devenir un artiste à la mode médiévale. 

248 en stock

Vous aimerez aussi…

Right Menu Icon