Rencontres et découvertes au jardin

Dans le TétrasLire n°62 –  Jardin, vos jeunes lecteurs peuvent faire connaissance avec trois passionnés de chlorophylle  ! 

Comme dans chaque numéro, on les invite à découvrir des métiers qui changent, des parcours étonnants, des profils aux passions communicatives. Notre envie ? Ouvrir grand le champ des possibles et leur donner à voir, humblement chaque mois, l’étendue des voies envisageables.

Voici un petit avant-goût du portrait de ces 3 personnes aux métiers souvent méconnus et passionnants. La suite est dans le n°62 – JARDIN !

À la rencontre d’Anne Cabrol, paysagiste

Anne exerce son métier depuis 10 ans. Elle est la première femme à être élue, en 2017, “Maître Jardinier”. Elle nous parle de son métier et de ses sources d’inspiration.

Pouvez-vous décrire votre métier en quelques mots ?
Le métier de paysagiste est un «métier passion » lié à la nature, à l’extérieur et à l’environnement. Cela demande de savoir aménager un espace en prenant en compte son environnement et son contexte, mais aussi de savoir l’entretenir et en prendre soin.

Par exemple, dans un milieu urbain, le but est d’apporter de la nature à la ville grâce à certains espaces (toiture,murs, patio, plantation d’arbres) en y mettant du sens. Aujourd’hui, ce secteur s’ouvre de plus en plus aux femmes. La mixité dans les équipes est intéressante car nous sommes complémentaires.

Quelle place faut-il donner à la nature?
La nature a sa place dans le quotidien et dans la vie de l’homme. De nombreuses études ont prouvé les bienfaits du végétal auprès de soi. Dans les milieux urbains, la présence de végétaux est bénéfique pour la santé, pour la qualité de l’environnement : elle maintient par exemple des températures plus fraîches l’été. Avec le changement climatique, beaucoup de personnes ont pris conscience de l’importance de la nature et sont plus respectueuses de ce qui les entoure…

Et vous, cultivez-vous un petit coin de verdure ? Découvrez la suite de l’interview dans le TétrasLire n°62 – Jardin !

À la rencontre d’Anne Noorman, naturopathe

À 40 ans, Anne Noorman, professeur de français et d’anglais, décide de se reconvertir et de se lancer dans la naturopathie, un métier qu’elle exerce depuis maintenant 10 ans.

En quoi consiste le métier de naturopathe ?
Un naturopathe est une personne qui aide les autres à se sentir mieux par des méthodes douces et naturelles.

Les séances permettent d’apprendre à connaître la personne et à lui apporter des remèdes selon trois axes principaux : le réglage alimentaire, la phytothérapie et l’hygiène de vie. Attention ! Un naturopathe n’est pas un médecin et ne peut donc pas poser de diagnostic médical.

Auriez-vous des exemples concrets de plantes utilisées ?
Pour lutter contre l’acné, l’hydrolat de romarin et l’huile essentielle de tea tree ont fait leurs preuves ! Pour calmer les angoisses ou les peurs, l’hydrolat de verveine citronnée et la fleur d’oranger sont très efficaces. La colère, elle, se trouve apaisée par l’utilisation d’hydrolat de rose et de camomille romaine. Mais attention ! Chaque personne, chaque situation est différente et il n’y a pas de solution qui fonctionne à tous les coups. Le protocole prévoit pour chaque personne une durée de traitement, entrecoupée de pauses.

Croyez-vous au pouvoir des plantes ? La suite de l’interview passionnante d’Anne est à lire dans le TétrasLire n°62 – Jardin !

À la rencontre François Couplan, ethnobotaniste

François Couplan, auteur de plus de 100 ouvrages sur les plantes et la nature, est spécialiste de l’utilisation traditionnelle des plantes sauvages et cultivées. Un savoir qu’il enseigne au travers de stages pratiques, ouverts à tous les amoureux de la nature.

Qu’est-ce que l’éthnobotanique ?
Ce terme, né de la contraction des mots « ethnologie » et « botanique», désigne l’étude des relations entre l’homme et les plantes. Cette discipline combine la connaissance des plantes et l’étude des sociétés humaines.

En parlant de relation entre les hommes et les plantes, parlons de l’assiette ! Quelles plantes inconnues peut-on manger ?
Pour ceux qui ne le savent pas, l’ortie est délicieuse ! Si la recette de soupe d’ortie est assez connue, je lui préfère celle du caramel d’ortie : du sucre, du vinaigre, quelques pousses d’ortie et le tour est joué ! Avec ma femme, nous avons également testé une nouvelle recette : le millefeuille de pommes à la purée de glands. En faisant cuire les glands dans de l’eau, puis en les mixant avec du lait de soja et du jus de pomme, nous avons réussi à obtenir une crème délicieuse et sans aucune amertume. La cuisine, c’est comme la chimie, il faut réussir à trouver la bonne alchimie entre les aliments.

Vous avez envie d’en savoir plus ? Découvrez la suite de l’interview de François  dans le TétrasLire n°62 – Jardin

N°62. JARDIN – Alphonse Karr

Quand les fleurs décident que la vie est trop fade dans le palais paradisiaque de la Fée aux Fleurs, elles mènent une révolution qui les conduit sur Terre, dans la peau pas toujours confortable d’hommes et de femmes ordinaires. 
En plus dans ce numéro : un dossier pour tout savoir sur les jardins et les plantes, des fiches créatives très printanières et une profusion de pétales et de boutons à chaque page !

Vous aimerez aussi...

Right Menu Icon